Thelonious Monk au Japon – Les trois quarts d’heure que jamais Nabe n’avait vu et que jamais il n’oubliera

 

(20 juillet 1985) Chez les Crochart qui nous invitent, je vois une autre émission sur Monk datant de 1964 (sic) au Japon, avec le quartet suprême (Charlie Rouse, Butch Warren, Frankie Dunlop !)… Encore plus fort que la semaine dernière. Jamais je n’avais vu ça. Trois quart d’heures (Evidence, Blue Monk, Bolivar Blues, Just A Gigolo, Epistrophy) du Monk le plus haut, à s’évanouir de vertige… Jamais je n’oublierai cette gifle. Monk en pardessus suant sur le plateau de télévision, énervé et brusque, se levant et dansant en ours mongolien derrière Charlie Rouse, en transe totale, les joues aspirées, les bras démontés, le torse oblique, les gestes africains.

Marc-Edouard Nabe – Tohu-Bohu – Journal intime 2 – disponible sur le site marcedouardnabe.com

Publicités
Cet article, publié dans Extrait de livre, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s