La guerre à travers les haikus japonnais

Le haiku, poème très court d’origine japonaise, décrit une situation, une émotion, une pensée, en 17 syllabes (vers de 5 pieds – 7 pieds – 5 pieds)… Genre bien anodin donc, que les poètes japonais pratiquaient en toute sérénité… Toutefois en 1940, alors que le Japon entrait en guerre, des poètes se faisaient arrêter et emprisonner pour des vers bien anodins… En voici quelques-uns, traduits du japonnais vers le français (d’où le non-respect des règles précedemment annoncées). En quelques mots bien pensés, ils résonnent en nous parfois bien plus longtemps que des photos ou des images télévisées… Pour peu qu’on leur consacre toute notre sensibilité…

Soudain la guerre

debout

au fond du couloir

Watanabe Hakusen

***

Bientôt sur la lampe

s’abbatront

les ténèbres du champ de bataille

Tomizawa Kakio

***

Assise sur une balançoire

victime de la Bombe

la petite fille morte

Takashima Shigeru

***

Drapeau du soleil levant

je l’offre

à l’océan

Watanabe Hakusen

***

Dans les mains de la mère

tremblent les mains du héros –

la voie ferrée

Takaya Sôshû

***

Tableau de guerre atomique –

comme moi les morts ouvrent la bouche

frisson

Katô Shûson

Publicités
Cet article, publié dans Billet personnel, Extrait de livre, Haïku, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s