Delphine Bertholon – « L’effet Larsen »

Son drame et le mien nous faisaient converger, c’était une conversation silencieuse saturée d’absence, une absence en fracas, l’angoisse sonorisée à l’intérieur de soi et multirediffusée. Derrière chaque porte du monde se joue une tragédie et, d’une manière ou d’une autre, tous les gens en souffrance sont hyperacousiques.

Publicités
Cet article, publié dans Extrait de livre, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s