Nikolaï Gogol – « Taras Boulba »

Elle n’osait rien dire; mais, à la nouvelle d’une décision qui la frappait si durement, elle ne put retenir ses larmes; elle regarda ses enfants, qu’une si prompte séparation menaçait de lui enlever – et qui pourrait décrire toute la puissance muette d’une douleur qui paraissait frémir dans ses yeux et sur ses lèvres crispées ?

(lecture de janvier 2010)

Publicités
Cet article, publié dans Extrait de livre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s