Alexandre Pouchkine – « A la mer »

Adieu donc, ô mer.
Mais je n’oublierai jamais ta majesté ni tes splendeurs,
Et longtemps, longtemps en moi j’entendrai
Ton lourd bruissement aux heures du soir.

Publicités
Cet article, publié dans Extrait de livre, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s