Nikolaï Gogol – « Les âmes mortes »

« A-t-on vu pareille bûche ? se dit à part soi Tchitchikov qui commençait à perdre patience. Va t’entendre avec elle ! Elle m’a mis en nage, maudite vieille ! » Sur ce, tirant un mouchoir de sa poche, il entreprit de s’éponger le front, effectivement en sueur.

Tchitchikov, au demeurant, avait bien tort de se fâcher : tant d’hommes respectables, voire des hommes d’Etat se révèlent, à l’usage, d’authentiques Kassolette. Dès qu’ils se fourrent quelque chose dans le crâne, pas moyen qu’ils en démordent, les meilleurs arguments du monde, clairs comme de l’eau de roche, rebondissent sur eux, telle la balle de caoutchouc contre le mur.

(lecture de décembre 2009)

Publicités
Cet article, publié dans Extrait de livre, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s