Leon Tolstoï – « Guerre et Paix »

Davout leva les yeux et considéra attentivement Pierre. Ils se regardèrent quelques secondes et ce regard sauva Pierre. A travers ce regard, par-delà la guerre et la justice des tribunaux, des rapports humains s’établirent entre ces deux hommes. L’un et l’autre vécurent obscurément en cette minute mille choses et comprirent qu’ils étaient tous les deux enfants de l’humanité, qu’ils étaient frères.
Pour le premier regard de Davout, quand il avait levé la tête de la liste où les hommes et leur vie figuraient sous forme de numéros, Pierre n’était que l’un d’eux, et Davout aurait pu le faire fusiller sans se charger la conscience d’une mauvaise action. Mais à présent, il voyait en Pierre un homme. Il réfléchit un moment.

(lecture de septembre-octobre 2009)

Publicités
Cet article, publié dans Extrait de livre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s