Leon Tolstoï – « Guerre et Paix »

Tout homme vit pour soi, profite de sa liberté pour atteindre ses buts personnels, et sent de tout son être qu’il peut à chaque instant accomplir ou ne pas accomplir tel acte ; mais une fois qu’il l’aura accompli, cet acte accompli à un moment précis du temps deviendra irrévocable et appartiendra à l’histoire qui, de libre qu’il était, le rend nécessaire.

La vie de tout homme présente deux faces ; celle de sa vie personnelle, d’autant plus libre que ses intérêts sont abstraits, et celle de la vie élémentaire, la vie de la ruche où l’homme obéit inéluctablement aux lois qui lui sont prescrites.

L’homme consciemment vit pour soi, mais il sert inconsciemment d’instrument à des fins historiques et sociales. L’acte accompli est irrévocable et en coïncidant avec des millions d’actes des autres hommes, il acquiert un sens historique. Plus l’homme est placé haut sur l’échelle sociale, plus le réseau de ses relations avec les autres hommes est étendu, plus il possède d’autorité sur les autres et plus il apparaît que chacun de ses actes est prédéterminé et inévitable.

Le cœur des rois est dans les mains de Dieu.

Le roi est l’esclave de l’histoire.
L’histoire, c’est-à-dire la vie inconsciente, grégaire, la vie de la ruche humaine, utilise à ses propres fins chaque instant de la vie des rois.

(lecture de septembre-octobre 2009)

Publicités
Cet article, publié dans Extrait de livre, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s